Dom La Nena, envoûtant No Meu Pais

Notre découverte du mois nous a mis en émoi, elle s'appelle Dom La Nena, et sort son premier album Ela, salué par la critique. Est-ce parce qu’elle a grandi en volant à tire-d’aile d’un pays à un autre, depuis son Brésil natal jusqu’à la France en passant par l’Argentine ? Ou encore parce que, trop indépendante pour intégrer un orchestre, elle a franchi sans difficulté ni préjugés la frontière séparant le classique et la musique populaire ? Toujours est-il que cette vive hirondelle s’est forgé un esprit vagabond et bien trempé propre aux apatrides, qu’on retrouve dans ses ritournelles en portugais et en espagnol, d’une musicalité si pure qu’elles échappent à la tyrannie des genres et qui disent la profondeur d’être simple et la richesse d’être sans attaches. Tout en délicatesse, souplesse et poésie, elle nous rend l’âme vagabonde avec son spleen tout enveloppant. On pense à Lhasa, à Camille, à Joni Mitchell, à Gal Costa, à Moriarty, à Claire Diterzi, que du bon !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Michel Polnareff de retour avec son nouvel album Enfin !

Bō séduit avec Ritual sur son EP Everything Begins

Equateur nous fait remonter l'Amazonie avec Pelican